S’informer, mieux comprendre et changer son regard, c’est déjà agir !

La Cloche vous propose de tester vos connaissances sur la grande exclusion et de faire le plein de bonnes informations à diffuser autour de vous !

Jouer au quizz

« Question pour un sonneur »

C'est par ici

Point d'interrogration

Le jargon de la solidarité

Les CHU ou Centre d'Hébergement d’Urgence sont une catégorie d'établissements sociaux intervenant dans le domaine de l'accueil et de l'hébergement de personne sans abri.

Les CHRS ou Centre d'Hébergement de Réinsertion Sociale sont une catégorie d'établissements sociaux intervenant dans le domaine de l’accompagnement des personnes et familles en détresse économique et sociale, qui les aide à retrouver leur autonomie personnelle et sociale.

Une maraude, c’est un moment pour aller à la rencontre des personnes vivant dans la rue. Souvent équipés d’un thermos de cafés et de quelques biscuits, les bénévoles arpentent les rues à la rencontre des personnes sans-abri. Le plus important dans cet “exercice” c’est le lien social : discuter, s’intéresser, écouter, partager autour d’une boisson chaude. Petit à petit, au fil des tournées, les langues se délient et une relation de confiance se crée.Les tournées de rue sont un moyen de lutter contre la solitude des personnes à la rue, qui souffrent d’isolement.

Le 115 est un numéro national d'assistance et d'orientation pour les personnes sans-abri. Il est ouvert 7j/7 et 24h/24. Sa gestion est départementalisée. 
Si une personne vous le demande, vous pouvez appeler le numéro d'urgence du 115 et essayer d'obtenir une place d'hébergement d'urgence pour la nuit. En période de Grand Froid, l’équipe du 115 est renforcée et certaines villes ont débloqué des places d'hébergement supplémentaires. Mais les lignes sont surchargées et les places encore insuffisantes : beaucoup d’appels n’aboutissent pas. 

Le 15 est le numéro de téléphone unique par département. Il donne directement accès au Samu (service d'aide médicale urgente). Il est accessible 24h/24, depuis un téléphone fixe ou mobile. L'appel est gratuit. 
Parfois à cause de la fatigue, du froid ou de l’alcool, la personne n’est plus en état de sentir le froid et sa vie peut être en danger. En cas de doute, n’hésitez pas à appeler les urgences médicales en composant le 15. Essayez, dans la mesure du possible de rester aux côtés de la personne en attendant la venue des secours.

SDF, c’est le diminutif de “sans domicile fixe”. On évite d’utiliser ce terme, car c’est trop réducteur, et que beaucoup n’apprécient pas d’être catégorisé comme tel. Avant d’être des “SDF”, ce sont des personnes comme les autres !
 « SDF c’est comme nous mettre un code barre ou un écriteau “mauvaise personne, mauvaise fréquentation” », Paulo, sans domicile et usager du Carillon.
Être une personne sans domicile peut vouloir signifier différentes choses : quand on est “sans domicile”, on peut être sans-abri (en situation de rue), en centre d’hébergement, en CADA, en hébergement associatif temporaire, en hôtel social, en habitat de fortune, en centre de stabilisation, etc.
Selon le rapport de l’Insee, en 2012 on comptait 143 000 personnes sans-domicile en France dont 10% de personnes sans-abri.

La notion de lien social signifie, en sociologie, l'ensemble des appartenances, des affiliations, des relations qui unissent les gens ou les groupes sociaux entre eux. Certains facteurs telles que les inégalités sociales influencent la dégradation de la qualité et de l'intensité du lien social. On parle aujourd'hui de "crise" du lien social, car l'isolement n'est pas l'apanage des personnes sans domicile. 
1 personne sur 10 souffre d’isolement en France (Étude du Crédoc pour la Fondation de France)

Là où l’insertion et l’intégration exigeaient une adaptation à sens unique, centrée sur la personne dite intégrée, l'inclusion implique que la société fasse également un effort d'adaptation. On n’essaie pas de faire rentrer des individus dans un modèle de société, mais on essaye d’adapter la société aux individus ! Cela signifie que l’on accepte l’autre tel qu’il est, dans sa singularité, avec ses idées, ses talents mais aussi ses fragilités ou son parcours accidenté, pour « faire ensemble », avec les différences de chacun. Pour cela, il faut accepter de rendre la société plus flexible, l'adapter pour que chacun y trouve sa place.