La Cloche
Publié le

L'inclusion au quotidien, c'est pas si compliqué !

Après la période de crise sanitaire qui a malmené le lien social, nos équipes ont été à la rencontre des bénévoles avec et sans domicile de La Cloche pour leur demander des conseils pour re-créer du lien social. Autant vous dire que, comme d'habitude, les participant(e)s fourmillaient d'idées ! Voici donc 5 idées pour recréer du lien social, à votre échelle.

une femme et un homme lors d'un événement La Cloche
© Mégane Lebeault
 
Faire du bénévolat un prétexte au lien social

Tout peut être prétexte au lien social, nous en sommes convaincu(e)s, alors pourquoi pas le bénévolat ? Profiter d'une collecte de déchets pour rencontrer ses voisin(e)s avec et sans domicile, ou bien utiliser le temps dédié à une maraude pour discuter avec les personnes bénéficiaires, ce sont de petits gestes qui peuvent faire beaucoup de bien.

"Le café, les maraudes, il faut trouver un moyen qui soit commun à tout le monde : quelque chose qui leur plaît, qui leur parle, dans lequel ils(elles) se sentent à l'aise et peuvent être naturel(le)s puisqu'ils (elles) ne trouvent pas dans la société un moyen de s'épanouir complètement." argumente Jean-Marc à Rennes.

Plus simplement, vous pouvez participer à une sortie entre bénévoles - voire l'organiser vous-mêmes !- avec la seule intention de partager un moment de bienveillance, loin des tracas du quotidien.

Comme le dit Cédric, bénévole parisien "C'est cool de pouvoir discuter avec des habitué(e)s et jouer à la pétanque. En plus [lors de la sortie à la Villette] il y avait l'anniversaire de Will. Ça, ça permet de créer un vrai lien de ouf. Les anniversaires des habitué(e)s, c'est important pour eux (elles) parce que dans la rue, franchement, tu ne fêtes pas souvent ton anniversaire. Si par chance tu as un ami sincère qui s'en souvient, la majorité du temps, tout le monde s'en fout, du coup ça peut permettre de valoriser la personne. Je sais que Will avait été super content."

 
Remettre au goût du jour des habitudes et pratiques sociales disparues

Vous le savez peut-être, il y a longtemps maintenant, les lavoirs étaient des espaces de sociabilité très développés. À paris, Margaux nous apprend que "[les] lavandières [...] lavaient leur linge ensemble et [...] ont fait de cette activité ménagère un vrai tissu social pour s'entraider [...]". Alors pourquoi ne pas réhabiliter cette pratique, en la modernisant bien entendu ? Margaux propose d'intégrer des laveries au réseau du Carillon, d'une manière un peu spéciale : des repères[1] au sein des laveries !

Dans un premier temps, les laveries proposent des machine suspendues, sur le même principe que les cafés suspendus[2], puis, à intervalles régulières, personnes sans domicile ou sans machine à laver chez elles et équipes de La Cloche se réunissent pour faire les machines, mais surtout discuter, partager une boisson chaude, jouer à des jeux de société selon l'espace disponible, etc. Le but de ces activités étant, comme toujours, de créer du lien social.

 
Participer à des événements (vraiment) inclusifs

Qu'est-ce que c'est, un événement vraiment inclusif ? C'est un événement où la mixité des publics est fondamentale, un événement qui n'est pas fait pour les personnes sans domicile mais par et avec les habitant(e)s d'un même quartier. L'Indien, à Nantes, avait prévu une "déconfinade : tout le monde apporte un peu à bouffer, c'est comme un repas entre voisin(e)s mais sur un terrain vague."

Et à Rennes ? Constance imagine "des repas qu'on partagerait tous(tes) ensemble, avec des gens que tu connais bien et des gens que tu connais moins, ce serait sour la forme d'un pique-nique comme ça tout le monde participe, les gens ramènent ce dont ils (elles) ont  envie."

 
Inviter des personnes à découvrir les initiatives positives et inclusives du quartier

Nico et Jérémy de Lyon soulignent que "des animations pour créer du lien social, c'est très important. Un Cluedo, ça pourrait être bien aussi."

S'amuser, c'est bien et même très important, mais on peut aussi s'amuser en apprenant. Aussi, nos deux bénévoles lyonnais ont-ils eu l'idée de créer un "jeu de piste pour celles et ceux qui ne connaissent pas Lyon" qui permettrait de voir les associations auxquelles ils (elles) peuvent faire appel. Ils nous expliquent : "par exemple, celles et ceux qui ont besoin d'un douche, eh beh on les amène aux bains publics, celles et ceux qui ont besoin d'alimentation, par exemple à l'Armée du Salut... Faire une journée du matin au soir avec un parcours où quelqu'un qui ne connaît pas la ville et qui est à la rue [découvre] les possibilités à travers le jeu pour que, au moins il (elle) se débrouille le lendemain." En somme, un jeu utile, qui permet de rencontrer d'autres personnes et qui évite l'isolement.

trois bénévole de La Cloche lors d'une sensibilisation dans une école
© T. Gaschignard / L’École de la philanthropie
 
Sensibiliser tout le monde partout à l'inclusion et l'importance du lien social

En 2020, ce sont plus d'1 million de personnes sensibilisées au lien social et au monde de la rue par La Cloche. Dans les écoles, les entreprises et dès que l'occasion se présente, les équipes de La Cloche répondent présentes pour déconstruire les préjugés, mais comment aller plus loin ? Noé, à Nantes, propose un repère ambulant : "créer un véhicule et aller vers les gens" notamment dans les petites villes, où La Cloche n'est pas implantée. Ce repère ambulant, qui accueillerait des personnes sans domicile, permettrait de "montrer que la précarité, ce n'est pas que dans les grandes villes, ce n'est pas que dans les quartiers "difficiles", c'est aussi en campagne." Ce serait l'occasion de montrer qu'il "y a des gens qui sont en grande difficulté et que créer du lien avec elles et eux peut apporter des choses positives."

 

Et vous, quelle est votre idée pour créer plus de lien social ?

___________________________

[1] Les repères sont les permanences de lien social hebdomadaires de La Cloche.

[2] Les cafés suspendus sont une tradition d'origine napolitaine consistant à payer un café en avance pour une personne ne pouvant pas se le permettre. Aujourd'hui, tout produit ou service peut être suspendu.

Partager cet article :

FacebookTwitterLinkedin