La Cloche
Publié le

LA SANTE CHEZ LES PERSONNES SANS DOMICILE

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la santé est un état de complet bien être physique mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Il ne suffit donc plus d'être malade physiquement ou mentalement pour être en bonne santé mais il faut aussi être bien inséré, intégré dans sa communauté sociale.

En France, le droit à la protection de la santé est reconnu par le Préambule de la Constitution de 1946. Malgré l'instauration de systèmes comme la Couverture Maladie Universelle, ce droit n'est pas toujours respecté. Certaines personnes sans domicile finissent par renoncer à ce droit immuable et cela commence souvent par la dégradation de l’hygiène.

Le saviez vous ? L'espérance de vie moyenne chez les personnes sans domicile fixe est de 49 ans alors que l'espérance de vie moyenne en France est de 80 ans.

Gilles, récupère un savon offert par une pharmacie solidaire du réseau Le Carillon
Crédit : Arnaud Bouissou - TERRA
Gilles, récupère un savon offert par une pharmacie solidaire du réseau Le Carillon

 

Sur 143 000 personnes sans domicile-fixe, la moitié se déclare "en bonne santé" ou "en très bonne santé", contre 69% dans l'ensemble de la population.

 

À la rue, une simple grippe ou une plaie anodine peut déboucher sur une pathologie grave.

 

Maladies qui touchent le plus les personnes sans domicile

 

Malheureusement, de nombreux facteurs remettent en cause le droit à la protection de la santé : le manque de douches publiques, mixité des structures, mauvaises conditions sanitaires, coûts des produits ou encore l’impossibilité de faire sécher sa serviette.

 

Les femmes, les plus touchées par le problème d’accès à la santé ?

L’état de santé des femmes se dégradent plus vite que celui des hommes : une femme sur dix se déclare en bonne santé, contre la moitié des hommes après 60 ans. Cette différence est due à leur mode de vie. En effet, une femme sans-domicile devra se déplacer plus souvent pour se mettre en sécurité.

Severine, ambassadrice de La Cloche à Nantes, se rend dans des structures spécialisées "Je me lève à 6h du matin et marche pendant une petite heure jusqu'en centre ville. J'en ai besoin ! Puis je vais prendre mon petit déjeuner à 7h au sein d'une structure avant de prendre ma douche vers 8h/8h30."

 

Mais comment pouvons nous rendre les soins plus accessible ?

Différentes initiatives ont été mis en place pour aider les personnes à avoir accès à certains services.

Mais c’est à la santé d’aller vers ces personnes tout comme les équipes mobiles d’associations qui sillonnent les rues et les centres d’hébergements.

Certaines associations se concentrent sur un type de pathologie ou permettent l’accès à une hygiène de base. Mobil'douche, par exemple, est une association qui permet de se doucher dans des camping-car mobiles. Des véhiculent se baladent dans Paris afin de toucher un maximum de personnes. Le projet a pour ambition de s'étendre avec de nouveaux camping-car comme à Avignon. “Et ma douche”, à Nantes, propose également un accès gratuit à l’hygiène corporelle dans un camping-car.

La Cloche favorise l'accès à la santé à l'aide de son réseau de commerçants solidaires. On peut retrouver différentes aides : des trousses de premiers soins, des consultations chez l'opticien, des rendez-vous chez le coiffeur... Cela permet aux personnes sans domicile de garder confiance en soi d’améliorer leur sentiment de dignité, de confiance et d’estime de soi.

Arteo, opticien solidaire du réseau Le Carillon
Arteo, opticien solidaire du réseau Le Carillon

“Depuis que j’ai intégré le Carillon, j’ai une nouvelle valeur des choses, de la vraie notion de nécessité”, Olivier opticien chez Arteo, commerçant solidaire du réseau Le Carillon.

 

 

Des petits gestes pour participer à l’amélioration du quotidien des personnes sans domicile

🔔 S’informer sur le quotidien des personnes sans domicile

🔔 Aller vers les personnes sans domicile pour lutter contre l’exclusion

🔔 Fournir des kits d’hygiène

🔔 Acheter des cafés ou repas suspendus chez nos commerçants solidaires

 

On existe tous à travers le regard des autres, c’est pourquoi nous avons tous un rôle à jouer en tant que citoyen ! Changer ses représentations et aller vers l’autre, on peut tous le faire!

 

 

Soutenir les actions de la cloche

Partager cet article :

FacebookTwitterLinkedin