La Cloche
Publié le

La fraternité, un levier majeur de lutte contre l'exclusion

La crise du coronavirus a mis en valeur la capacité d'engagement des françaises et français. Le nombre d'initiatives d'entraide qui sont nées durant la crise, de façon spontanée et informelle démontre l'importance de l'engagement citoyen pour faire société.

D'autant plus que les chiffres sont là : le Baromètre de la Fraternité 2020, publié à l'occasion de la Journée Internationale du Vivre Ensemble en Paix révèle une envie latente des français de s'engager pour et avec leurs voisins sans domicile.

👉 Retour sur les résultats du Baromètre, focus « Fraternité & sans-abrisme ».

 

Evénement La Cloche

70% des français estiment qu'il faut plus de fraternité envers les personnes sans-abri.

 

👉  D'une fraternité de crise à une fraternité durable

 

L'épidémie du COVID-19 nous a tous bousculé. Les associations ont dû s'adapter rapidement et, plus que jamais, se coordonner pour maintenir des aides, déjà nécessaires, devenues vitales. De nombreuses actions solidaires spontanées ont éclos un peu partout : paniers suspendus, lien téléphonique avec des personnes isolées, distributions alimentaires ou de kits d'hygiène etc.

Désormais, l'heure est au déconfinement et, nous sommes nombreux a espérer que cet élan de solidarité soit le coup d'envoi d'une fraternité quotidienne et durable, incarnée par les citoyens mais également impulsée par l’Etat.

 

42% des français aimeraient participer à des actions caritatives (collecte alimentaire, bénévolat...)

1/3 des français aimeraient dire bonjour et discuter avec les personnes sans-abri qu'elles croisent

 

Il y a une envie latente des français de s'engager dans la lutte contre la grande précarité. Mais certains freins les empêchent de passer à l'action :

⏰ Le manque de temps : cité en premier par 1 français sur 5. C'est particulièrement vrai chez les moins de 35 ans (43%).

🔔Bien sûr, à La Cloche, nous n'avons pas encore le pouvoir d’allonger les journées ou de produire un jour de plus dans la semaine ! Mais pour rendre l'engagement de chacun possible, nous proposons un éventail très varié d'actions solidaires accessibles, sans notion d’engagement contraignant. Les gestes solidaires rendus plus simples par nos différents dispositifs (Carillon, Clochettes, Sensibilisation de rue …) sont à la portée de tous : Agir Ensemble

👀 La peur des personnes sans abri : donné comme argument par 1 Français sur 8. Étonnement c'est particulièrement vrai chez les jeunes de moins de 25 ans à 20% contre 8 % chez les plus de 65 ans.

🔔 Les personnes à la rue sont un public exclu, qui par conséquent, suscitent de l'incompréhension et du rejet. A La Cloche, nous mettons un point d'honneur a changer le regard porté sur les personnes sans domicile en informant et en formant pour déconstruire les clichés. Toute l'année, des événements de quartiers réunissent des personnes avec et sans domicile et favorisent ainsi le lien social jusqu’alors rompu. A La Cloche, les personnes sans domicile ne sont pas des « bénéficiaires » mais bien des acteurs de leur quartier qui font naître et vivre nos actions tout au long de l'année pour une société plus solidaire et inclusive.

 

La chorale de La Cloche
                                                       La chorale de La Cloche

 

👉  Le « besoin » du lien social à mieux valoriser

 

Si les français identifient bien les besoins matériels auxquels sont confrontés les personnes sans domicile, ils sous-estiment les besoins sociaux évoqués par une part importante de personnes sans-domicile.

 

 “se loger” est cité en premier par 34% des français et “manger” par 20%, tandis qu'avoir des échanges avec les autres” n'est considéré comme prioritaire que par 3% des français.

 

Echange entre un commerçant du Carillon et JS, ambassadeur de La Cloche
           Echange entre Clément, commerçant du Carillon et JS, ambassadeur de La Cloche

 

Près de la moitié des français ne discutent jamais avec des personnes sans-abri (43% en région parisienne qui comporte pourtant une forte concentration de personnes à la rue). 

 

Pendant la période de confinement, chacun a pu faire l'expérience de l'isolement, et ainsi réaliser l'importance des liens sociaux. Malheureusement, que ce soit avant, pendant ou après la crise, les personnes qui vivent à la rue subissent cet isolement au quotidien.

 

🔔 A La Cloche, nous proposons des formations qui invitent à « aller vers » les personnes sans domicile et ainsi mieux les écouter pour mieux les aider.

A tous les niveaux de l'association, nous retrouvons l'empreinte de personnes sans domicile qui veulent s'investir pour être mieux compris :

● Certains siègent au conseil d'administration pour définir les grands objectifs de l’association

● D'autres animent des médias (radio, gazette etc) pour « porter la voix de la rue »

● Les formations sont co-construites et animées par nos « ambassadeurs de la rue »

● Les événements et activités sont co-organisés entre bénévoles avec et sans domicile

● Certains témoignent dans les médias ou via nos campagnes de sensibilisation

 

Autant d'actions, desquelles vous pouvez être acteur, qui participent à placer le lien social comme un besoin tout aussi important que se nourrir, se loger ou encore accéder à des soins. Parce que être reconnu comme un "être social" à part entière est tout aussi nécessaire que de se voir assurer les conditions matérielles à sa propre survie. Et dans cette re-conquête du lien social, chacune et chacun peut agir, à son échelle. 

 

Lire le Baromètre de la Fraternité 2020

Soutenir les actions de La Cloche

Partager cet article :

FacebookTwitterLinkedin